Si vous aimez la littérature contemporaine, vous ne pouvez qu’apprécier Amélie Nothomb. Dans cet article, nous vous présentons cette auteure renommée et une sélection de ses livres phares ! Découvrez le style particulier de cette romancière inégalée.

 

Amélie Nothomb : petite biographie

 

Fabienne Claire Nothomb est née en 1967 à Kobe, au Japon. Issue d’une famille de la noblesse belge, elle est notamment la fille de Patrick Nothomb. Ce diplomate sert alors comme consul général dans l’archipel nippon et sera ensuite en poste dans de nombreux pays du monde comme la Chine, à New York, ou encore en Asie du Sud-Est (Laos, Bangladesh, Birmanie).

La jeune fille sera amenée à suivre son père lors de ses déplacements, une occasion de lui apporter une vraie richesse culturelle ! Elle commencera à écrire à l’âge de 17 ans, lors de son retour en Belgique.

Après une licence en philologie romane, elle envisage de devenir enseignante et obtient même son agrégation. Elle retourne pourtant au Japon, son père étant devenu ambassadeur de Belgique à Tokyo.

C’est en 1992, alors qu’elle fête ses 26 ans, qu’elle publie Hygiène de l’assassin et commence sa carrière d’écrivain sous le pseudonyme d’Amélie Nothomb. Elle enchaînera les succès et publiera environ un livre par an aux éditions Albin Michel et partage son temps entre Bruxelles et Paris, où elle participe tous les ans à Livre Paris (le Salon du Livre).

Amélie Nothomb été nommée commandeur de l’ordre de la Couronne, grâce au succès de son oeuvre. Sur la proposition du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, le Roi Philippe lui a accordé concession du titre personnel de baronne. En France, son roman Stupeur et Tremblements, vendu à plus de 500 000 exemplaires dans le monde, a remporté en 1999 le Grand prix du roman de l’Académie française, ex aequo avec Anielka de François Taillandier. En 2015, elle est élue membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Elle est également membre du comité d’Auteurs de France Loisirs.

 

Citations de l’auteur :

  • « le bonheur forcé est un cauchemar » (Y voit-on une allusion au roman d’Aldous Huxley : Le Meilleur des Mondes).
  • « Le silence est la plus belle preuve de l’amour. »
  • « L’esprit humain souffre d’une carence intellectuelle fondamentale : pour qu’il comprenne la valeur d’une chose, il faut le priver de cette chose. »
  • « Tout le monde a un ennemi à l’intérieur de soi. »

 

Romans

  • Hygiène de l’assassin, Albin Michel, 1992 (prix René-Fallet prix Alain-Fournier) et Les Saint Pères 2012 (édition limitée version manuscrite)
  • Le Sabotage amoureux, Albin Michel, 1993 (prix de la Vocation prix Jacques-Chardonne)
  • Les Catilinaires, Albin Michel, 1995
  • Péplum, Albin Michel, 1996
  • Attentat, Albin Michel, 1997
  • Mercure, Albin Michel, 1998
  • Stupeur et Tremblements, Albin Michel, 1999 (grand prix du roman de l’Académie française prix des libraires du Québec)
  • Métaphysique des tubes, Albin Michel, 2000
  • Cosmétique de l’ennemi, Albin Michel, 2001
  • Robert des noms propres, Albin Michel, 2002
  • Antéchrista, Albin Michel, 2003
  • Biographie de la faim, Albin Michel, 2004
  • Acide sulfurique, Albin Michel, 2005
  • Journal d’Hirondelle, Albin Michel, 2006
  • Ni d’Ève ni d’Adam, Albin Michel, 2007 (prix de Flore)
  • Le Fait du prince, Albin Michel, 2008 (grand prix Jean-Giono)
  • Le Voyage d’hiver, Albin Michel, 2009
  • Une forme de vie, Albin Michel, 2010 117
  • Tuer le père, Albin Michel, 2011
  • Barbe bleue, Albin Michel, 2012 118119
  • La Nostalgie heureuse, Albin Michel, 2013
  • Pétronille, Albin Michel, 2014
  • Le Crime du comte Neville, Albin Michel, 2015
  • Riquet à la houppe, Albin Michel, 2016
  • Frappe-toi le cœur, Albin Michel, 2017
  • Les Prénoms épicènes, Albin Michel, 2018

Pièce de théâtre

  • Les Combustibles, Albin Michel, 1994

Contes et nouvelles

  • Légende peut-être un peu chinoise, conte, in collectif Le Sable et l’ardoise Longue Vue
  • Électre, nouvelle, in collectif Des plumes au courant Stock1996
  • L’Existence de Dieu, dans La Revue Générale (vol. 3), 1996
  • Simon Wolff, nouvelle, dans La Nouvelle Revue française no 51935156
  • Généalogie d’un Grand d’Espagne, nouvelle de onze pages, dans La Nouvelle Revue française no 527, décembre 1996
  • Le Mystère par excellence, nouvelle, opuscule Le Grand livre du mois
  • Brillant comme une casserole, recueil de trois contes illustrés par Kikie Crèvecœur, La Pierre d’Alun, 1999
    • Légende peut-être un peu chinoise, conte
    • Le Hollandais ferroviaire, conte
    • De meilleure qualité, conte
  • Aspirine, nouvelle, in collectif Aspirine : mots de tête Albin Michel, 2001
  • Sans nom, nouvelle, opuscule couplé à Elle no 290037102
  • L’Entrée du Christ à Bruxelles, nouvelle, opuscule couplé à Elle no 305338173
  • Les Champignons de Paris, nouvelle en neuf épisodes parue dans Charlie Hebdo du 4 juillet au 29 août 2007
  • Les myrtilles, nouvelle incluse dans l’édition limitée de Stupeur et tremblements, Le Livre de poche, 2011

  • Cristina Alvarez, Une subjetivation extravagante. Métaphysique des tubes, d’Amélie Nothomb, Université do Minho.
  • Laureline Amanieux,Amélie Nothomb, l’éternelle affamée, Albin Michel, 2005.
  • Laureline Amanieux,Entretien audio avec Amélie Nothomb, éd. Autrement dit, 2007.
  • Laureline Amanieux,Le récit siamois, personnage et identité dans l’œuvre d’Amélie Nothomb, Albin Michel, 2009.
  • Francesco Ardolino, « La guerra fictícia en la narrativa d’Amélie Nothomb », Femmes et guerre en Méditerranée, Guy Dugas y Marta Segarra (éd.), Barcelone et Montpellier, Publicacions de la Universitat de Barcelona i Presses de l’Université Paul Valéry : p. 169-178, 1999.
  • Susan Bainbrigge et Jeanette Den Toonder (dir.)Amélie Nothomb, Authorship, Identity and Narrative Practice, Peter Lang, 2003.
  • Frédérique Chevillot, Amélie Nothomb : L’Invitation à la lecture. Women in French Studies, 2012, vol. 2012, n° 1, p. 195-212.
  • Isabelle Constant : Construction Hypertextuelle: Attentat d’Amélie Nothomb, The French Review, vol. 76, n° 5 , avril 2003.
  • Michel DavidAmélie Nothomb, le symptôme graphomane, L’Harmattan, coll. « L’œuvre et la psyché », 2006.
  • Michel DavidAmélie Nothomb, l’écriture illimitée, L’Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 2013.
  • Jacques De Decker,Discours de réception d’Amélie Nothomb à l’Académie royale de Belgique accueillie par Jacques De Decker, (ISBN 9782226328823).
  • Aleksandra DesmursLe Roman Hygiène de l’assassin : œuvre manifestaire d’Amélie Nothomb, préface d’Amélie Nothomb, éd. Praelego, 2009.
  • Yolande Helm, Amélie Nothomb : l’enfant terrible des Lettres belges de langue française. Études francophones, 1996, vol. 9, p. 113-20.
  • Yolande Helm, Amélie Nothomb : une écriture alimentée à la source de l’orphisme. Religiologiques, Orphée et Eurydice : mythes en mutation, 1997, vol. 15, p. 151-163.
  • Margaret-Anne Hutton. “Personne n’est indispensable, sauf l’ennemi”: l’œuvre conflictuelle d’Amélie Nothomb. Nouvelles écrivaines, nouvelles voix, 2002, p. 253-268.
  • Hélène Jaccomard, Le fabuleux destin d’Amélie Nothomb. L’Esprit créateur, 2002, vol. 42, n° 4, p. 45-57.
  • Frédéric Joignot, Amélie Nothomb. L’enfance à en mourir. Mauvais Esprit : Le Monde, 2008, vol. 291.
  • Élise Hugueny-Léger, University of St Andrews, Naissance et mort de l’auteur : les investigations d’Amélie Nothomb, Itinéraires, 2014.
  • Anna Kemp, The Child as Artist in Amélie Nothomb’s Robert des noms propres. French studies, 2012, vol. 66, n° 1, p. 54-67.
  • Marie-Christine Lambert-Perreault, La mélancolie comme structure infralangagière de l’œuvre d’Amélie Nothomb, 2008.
  • Mark D. Lee, Les identités d’Amélie Nothomb : de l’invention médiatique aux fantasmes originaires, éd. Rodopi, 2010.
  • Jean-Michel Lou, Le Japon d’Amélie Nothomb, L’Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 2011.
  • Kobialka Margaux, La Création d’Amélie Nothomb à travers la psychanalyse, Le Manuscrit, 2004.
  • Claire Nodot, La Dame pipi du quarante-quatrième étage : l’exil et la marge dans Stupeurs et Tremblements d’Amélie Nothomb. Paroles gelées, 2006, vol. 22, n° 1.
  • Andrea Oberhuber, Réécrire à l’ère du soupçon insidieux : Amélie Nothomb et le récit postmoderne. Études françaises, 2004, vol. 40, n° 1, p. 111-128.
  • Marc Quaghebeur (textes réunis par), Anthologie de la littérature française de Belgique : entre réel et surréel, Bruxelles, Editions Racine, 2006, 377 p. (ISBN 978-2-873-86433-0, OCLC 63196740).
  • Annick Stevenson, Génération Nothomb (roman), Avin-Hannut, Wilquin, coll. « Sméraldine », 2011, 182 p. (ISBN 978-2-882-53423-1, OCLC 775085560).
  • Christine Suard, Les variantes de l’autobiographie chez Amélie Nothomb. 2008.
  • Ferenc Tóth, Le Japon et l’œuvre romanesque d’Amélie Nothomb. Éditions universitaires européennes, 2013, vol. 15, n° 2. p. 102.
  • Amélie Nothomb de A à Z : portrait d’un monstre littéraire, Bruxelles, Grand miroir, coll. « Une vie », 2003, 183 p. (ISBN 978-2-930-35139-1, OCLC 53330101)
  • Evelyne Wilmerth, Amélie Nothomb: sous le signe du cinglant. Revue générale, 1997, vol. 132, n° 6-7, p. 45-51.
  • Wierzbowska, Ewa Malgorzata: Les relations familiales dans le roman d’Amélie Nothomb Antéchrista in Relations familiales dans les littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles: II. La figure de la mère ed. by Murielle Lucie Clément and Sabine Van Wesemael, Paris: L’Harmattan, 2008, pp. 235-244.
  • Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine pour Amélie Nothomb sur auteurs.contemporain.info/

Au théâtre

  • Le sabotage amoureux, Théâtre Le Ranelagh, Paris, 1999
    • Avec Valérie Mairesse, Pétronille de Saint-Rapt, Vanessa Jarry
    • Mise en scène : Annabelle Milot
  • Le sabotage amoureux, Théâtre Daniel-Sorano, Vincennes, 2003-2005
    • Avec Pauline Foschia, Jeanne Gougeau, Laurence Vielle
    • Adaptation & Mise en scène : Brigitte Bailleux, Laurence Vielle
  • Le sabotage amoureux, Mise en scène Christine Delmotte, Belgique, compagnie Biloxi 48, 2013
  • Cosmétique de l’ennemi, La Compagnie des Sept Lieux, Suisse, 2003-2008
    • Avec John Durand et Olivier Renault
    • Adaptation et mise en scène: Emmanuel Samatani et Jean-Daniel Uldry
  • Cosmètica de l’enemic (Cosmetique de l’ennemi), Sala Muntaner, Barcelona, 9 octobre 2012 – 9 novembre 2012
    • Avec Lluís Soler, Xavier Ripoll
    • Adaptation et traduction au catalan : Pablo Ley
    • Mise en scène, Magda Puyo.
  • Métaphysique des tubes, 2007-2009
    • Avec Cécile Schletzer et Claire Rieussec
    • Mise en scène : Claire Rieussec
  • Hygiène de l’assassin, Théâtre de Namur & Théâtre le Public, Bruxelles, septembre-octobre 2008
    • Avec Daniel Hanssens, Nathalie Cornet, Valérie Marchand et Vincent Lécuyer
    • Mise en scène: Pierre Santini
    • En 1995, Daniel Schell a réalisé un opéra, écrivant le livret et la musique.
  • Biographie de la Faim, Théâtre de la Place des Martyrs, Bruxelles, avril-mai 2009
    • Avec Nathalie Cornet, Michel Hinderyckx, Jessica Gazon, Stéphanie Blanchoud…
    • Adaptation et mise en scène : Christine Delmotte
  • Stupeur et Tremblements, Théâtre le Petit Hébertot, Paris, 18 mars 2011 – 22 mai 2011
    • Avec Layla Metssitane
    • Adaptation & Mise en scène, Layla Metssitane
  • Barbe-Bleue, 2015 , mise en scène Pierre Santini, Festival d’Avignon off

Au cinéma

  • 1999 : Hygiène de l’assassin, film français réalisé par François Ruggieri, avec Jean Yanne (Prétextat Tach) et Barbara Schulz (Nina).
  • 2003 : Stupeur et tremblements, film français réalisé par Alain Corneau, avec Sylvie Testud (Amélie) et Kaori Tsuji (Fubuki). Finalement sorti au Japon en 2011.
  • 2014 : Tokyo fiancée (adaptation du roman Ni d’Eve ni d’Adam), film franco-belge réalisé par Stefan Liberski, avec Pauline Étienne et Taichi Inoue.

Livres audio

  • Robert des noms propres, Amélie Nothomb (auteur) et Véronique Groux de Miéri (narratrice), Robert des noms propres, La Roque-sur-Pernes, Éditions VDB, 1er mars 2003
  • Antéchrista, Amélie Nothomb (auteur) et Véronique Groux de Miéri (narratrice), Antéchrista, La Roque-sur-Pernes, Éditions VDB, 1er mars 2004
  • Biographie de la faim, Amélie Nothomb (auteur) et Véronique Groux de Miéri (narratrice), Biographie de la faim, La Roque-sur-Pernes, Éditions VDB, 1er mars 2005
  • Acide sulfurique, Amélie Nothomb (auteur) et Véronique Groux de Miéri (narratrice), Acide sulfurique, La Roque-sur-Pernes, Éditions VDB, 1er mars 2006
  • Ni d’Eve, ni d’Adam, Amélie Nothomb (auteur) et Sylvie Testud (narratrice), Ni d’Ève ni d’Adam, Paris, Audiolib, 13 février 2008
  • Le Fait du prince, Amélie Nothomb (auteur) et Patrick Waleffe (narrateur), Le Fait du prince, Paris, Audiolib, 21 janvier 2009
  • Le Voyage d’hiver, Amélie Nothomb (auteur) et Thibault de Montalembert (narrateur), Le Voyage d’hiver, Paris, Audiolib, 9 septembre 2009
  • Une forme de vie, Amélie Nothomb (auteur) et Frédéric Meaux (narrateur), Une forme de vie, Paris, Audiolib, 13 octobre 2010

 

 

Top 11 des livres d’Amélie Nothomb

 

Découvrez la liste des meilleurs livres d’Amélie Nothomb, tous publiés aux éditions Albin Michel !

 

Stupeur et Tremblements

amelie-nothomb-stupeur-tremblements

L’histoire est tirée de sa première expérience de travail au Japon comme interprète. La jeune Amélie enchaîne alors les erreurs sous les ordres de toute la hiérarchie qui entoure monsieur Haneda, son patron.

Dans ce livre, l’auteure dénonce le souci de perfection du monde du travail japonais et les conditions que l’on impose aux employés.

Couronné du Grand Prix de l’Académie française, ce roman paru en 1999 s’est vendu à 385 000 exemplaires. Il a été adapté au cinéma par Alain Corneau, Sylvie Testud jouant le rôle d’Amélie-San.

Le livre a également été mis en scène au théâtre de poche Montparnasse, en France.

 

Les Prénoms épicènes

amelie-nothomb-prenoms-epicenes

Claude et Dominique sont les personnages principaux de ce roman et ils portent bien leurs noms… Épicènes.

Dans ce livre, l’auteure explore les relations entre un parent toxique et son enfant. Après Frappe-toi le cœur qui racontait l’histoire d’une jeune fille survivant à sa mère, c’est maintenant côté paternel que se place cette nouvelle histoire.

 

Hygiène de l’assassin

amelie-nothomb-hygiene-assassin

Ce tout premier roman de l’autrice a été publié 1992, il est presque exclusivement composé de dialogues. Selon les propos de l’auteur, cet ouvrage est une sorte de « manifeste » exaltant tout ce qu’elle pense de l’art d’écrire et sa vision du monde.

Dans cette histoire, Amélie Nothomb imagine un syndrome imaginaire : « Elzenveiverplatz », le cancer des cartilages. Un célèbre romancier en est atteint, il ne lui reste que deux mois à vivre.

Les journalistes s’empressent dès lors de recueillir le meilleur scoop de l’auteur. Au fil des interviews, on s’aperçoit que Prétextat Tach n’est en fait qu’un misanthrope acerbe, provocateur et misogyne. Il prend plaisir à enfoncer tous ceux qui l’interrogent.

Arrive alors Nina qui connaît parfaitement l’œuvre de cet écrivain arrogant et arrivera à lui faire révéler son surprenant passé.

 

Le Crime du comte Neville

amelie-nothomb-crime-comte-neville

Ce court roman est à mi-chemin entre le conte de fées et le thriller psychologique.

Le quotidien d’une famille aristocratique belge est bouleversé lorsqu’une diseuse de bonne aventure annonce au chef de famille qu’il commettra un meurtre lors de sa prochaine réception. Le protagoniste, tiraillé par l’annonce de cette prédiction, décidera d’organiser cet assassinat pour prendre en main son destin. Mais quelle sera sa victime ?

 

Le Sabotage amoureux

amelie-nothomb-sabotage-amoureux

Ce deuxième roman de Nothomb a été publié en 1993, il a reçu le Prix littéraire de la Vocation et le Prix Jacques-Chardonne.

La romancière raconte dans cette courte histoire sa vie en Chine, de 1972 à 1975. Alors âgée de 7 ans, elle est contrainte de déménager du Japon. Elle découvre les ventilateurs, la guerre qui fait rage dans la cité-ghetto de San Li Tun et surtout… La Liberté.

 

Métaphysique des tubes

amelie-nothomb-metaphysique-tubes

Publié en 2000, ce neuvième roman de l’auteure belge est une autobiographie romancée qui porte sur les trois premières années de sa vie.

Amélie Nothomb dresse un portrait humoristique et satirique de sa vie familiale et de sa condition d’enfant.

Elle raconte son enfance au Japon et le fait qu’elle est alors considérée comme « un tube digestif inerte et végétatif dont les activités se bornent à ses besoins primaires », pour reprendre ses mots.

Cosmétique de l’ennemi

amelie-nothomb-cosmetique-ennemi

Ce dixième roman de Nothomb a été publié en 2001 et adapté pour le théâtre en 2005.

Jérôme Angust est homme d’affaires et doit embarquer pour Barcelone. Suite au retard de son avion, il se voit contraint de supporter un étrange individu qui décide de lui imposer le récit de sa vie.

Le lecteur découvre alors le passé trouble de Textor et le malaise de Jérôme autour de joutes verbales. Et si cette rencontre n’était pas le fruit du hasard ?

 

Ni d’Ève ni d’Adam

amelie-nothomb-ni-eve-ni-adam

Après Stupeurs et tremblements, l’autrice s’inspire une nouvelle fois de sa vie et raconte son histoire d’amour avec un Japonais de bonne famille, rencontré lors de ses cours particuliers de Français.

Elle nous avoue que si le roman précédent pouvait donner l’impression qu’elle a été la plus désastreuse des employés, ce dernier révèle d’elle qu’à la même époque et dans le même lieu elle a aussi été la fiancée d’un Tokyoïte très singulier.

Cet ouvrage, sélectionné pour le prix Goncourt et Renaudot, a été récompensé en 2007 par le prix de Flore.

 

Le Voyage d’hiver

amelie-nothomb-voyage-hiver

Astrolabe habite depuis quelques années chez Aliénor Malèze, une romancière autiste, dont elle s’est proclamée agent et protectrice. Zoïle est profondément amoureux d’elle, mais la jolie jeune femme ne peut donner suite à cette histoire malgré ses sentiments réciproques.

Par dépit et blessé, Zoïle décide de commettre un acte terroriste et de détourner un avion pour l’envoyer percuter la Tour Eiffel, afin de détruire « la beauté ».

Une grande part de ce livre serait, selon l’aveu de l’auteure, largement inspirée de faits réels.

 

Barbe bleue

amelie-nothomb-barbe-bleue

L’histoire est celle de Saturnine Puissant, professeure à l’École du Louvre. La jeune femme répond à une annonce de colocation trop alléchante et pénètre dans le monde surprenant et macabre d’un aristocrate espagnol. Au fil du roman, Saturnine sera amenée à réfléchir sur sa conception des normes relationnelles.

L’œuvre expose des thèmes comme l’assassinat, la mort, l’amour, la polygamie, la folie ou encore la nécrophilie.

 

Pétronille

amelie-nothomb-petronille

Ce roman quasi-autobiographique nous raconte la quête d’une amoureuse du champagne qui refuse de le boire seule, mais surtout l’histoire d’une amitié enivrante.

Amélie rencontre Pétronille Fanto lors d’une séance de dédicaces en librairie. Elle sent très rapidement que cette rencontre n’est pas anodine et que le charisme dégagé par la jeune femme et différent de celui de ses autres lecteurs. Et si l’auteure avait enfin trouvé une « convigne » de boisson digne de ce nom ?

 

Le style littéraire d’Amélie Nothomb

 

Avec un style cynique et léger comme sadique et plus sombre, Amélie Nothomb a la capacité de confronter ses lecteurs à leurs angoisses primaires ou métaphysiques, tout en les berçant par la légèreté de ses mots.

Son écriture particulière fait d’elle une auteure excentrique et controversée. Comme le souligne Michel Zumkir dans son livre Amélie Nothomb de A à Z : portrait d’un monstre littéraire, les critiques ne réservent pas le même accueil à l’écrivaine selon les pays dans lesquels ses œuvres ont été traduites ! Elle est considérée comme une auteure à part entière dont on considère les livres avant la personnalité. Sa culture et son écriture classique lui valent d’ailleurs d’être comparée à Marguerite Yourcenar.

Michel David, linguiste québécois, nous mentionne que ses nombreux talents font d’elle une romancière accessible aux plus jeunes. Ses livres se lisent en quelques petites heures et on ne s’ennuie pas. Elle sait mêler l’humour à la singularité, la vivacité, la précision.

Dans Pétronille, dont le personnage principal est le portrait de la romancière française Stéphanie Hochet, l’écrivaine évoque sa passion pour le champagne. Selon elle, il élève l’âme vers ce que dut être la condition de gentilhomme à l’époque où ce beau mot avait du sens. Il rendrait gracieux, désintéressé et exalterait l’amour, conférant de l’élégance à la perte de celui-ci.

Le champagne, sa marque de fabrique, est d’ailleurs présent dans de nombreux autres romans comme Barbe bleue ou Le fait du prince.

Ce n’est donc sans doute pas pour rien que ses fidèles lecteurs attendent chaque année sa nouvelle parution comme un grand cru !