Vous êtes peut-être passés à côté de ces titres en janvier. Pas de panique, les équipes de Livre Paris vous guident ! 

 

Littérature

 

La soustraction des possibles, Joseph Incardona (Finitude)

Fin des années 80, période bénie des winners, le capitalisme et ses champions, les Golden Boys de la finance, ont gagné. Tout devient marchandise, les corps, les femmes, les privilèges, le bonheur même. Un monde nouveau s’invente, on parle d’algorithmes et d’OGM. Un roman ambitieux, fascinant, implacable, sur une époque où tout semble désormais pouvoir s’acheter.

Plus d’informations

 

Love Me Tender, Constance Debré (Flammarion)

Toujours aussi directe et subversive, l’écrivaine et avocate, auteure de Playboy, déconstruit l’amour au sein de la famille, à commencer par celui d’une mère pour son fils.

Plus d’informations

 

La prière des oiseaux, Chigozie Obioma (Buchet-Chastel)

Un sublime roman d’amour, d’aventure et de deuil qui nous entraîne du Nigéria à la République Chypre du nord, sur les pas d’un modeste éleveur de volailles prêt à tous les sacrifices pour épouser sa belle.

Plus d’informations

 

Papa, Régis Jauffret (Seuil)

Par le pouvoir de la fiction, l’écrivain s’invente un père à partir de celui, taciturne et distant, qui a été le sien.

Plus d’informations

Polar

 

Noir comme le jour Benjamin Myers (Seuil, Collection Cadre noir)

Dans l’Angleterre rurale, un flic psychorigide et un journaliste rock’n’roll enquêtent sur une série d’agressions sauvages. Tandis que tous les soupçons se portent sur “l’idiot du village”, les deux hommes mettent à jour les secrets compromettants de cette petite ville sans histoire. Un roman crépusculaire sur les dessous sales d’une Angleterre pas si tranquille. 

Plus d’informations

Tempêtes, Andrée Michaud (Rivages Noir) 

Une femme seule dans le blizzard, confrontée à ses peurs les plus profondes. Un homme seul face à l’orage, en proie au chaos des éléments. Autour d’eux, des morts inexpliquées, des spectres, une malédiction peut-être… la reine québécoise du roman noir joue avec les codes de l’horreur dans un roman magistral et angoissant. 

 

Je suis l’hiver, Ricardo Romero (Asphalte) 

À Monge, petite ville perdue au fin fond de l’Argentine, une jeune fille est retrouvée pendue aux branches d’un arbre par un jeune flic frais émoulu de l’école de police. Le jeune homme choisit de travailler hors-protocole, plongeant dans les méandres d’une enquête troublante, aux frontières de l’onirisme. Un grand roman de nature writing sud-américain. 

Plus d’informations

 

Certaines de ces maisons d’éditions et ces auteurs seront présents à Livre Paris 2020 ! Découvrez la liste des premiers noms confirmés : 

Share This